Comment souhaites-tu
partager le bulletin d’adhésion ?

Email
Facebook
Twitter
Whatsapp
Lien

Infos

Communiqué: Fichez la paix au Livret A !

Temps de lecture minutes

par Christan Mathorel, Secrétaire général de la CGT FAPT

L’adoption du budget 2024 par 49/3 entérine un amendement du Sénat qui prévoit que les fonds récoltés par l’épargne du Livret A et du Livret de développement durable et solidaire vont pouvoir financer l’industrie de la défense, « confrontée au refus de financement des banques soucieuses de leur image ».

En d’autres termes, puisque les banques rechignent à financer l’économie de guerre, on va faire les poches de l’épargne publique dont les fonds sont aujourd’hui fléchés pour la transition écologique, l’économie sociale et l’aide aux PME d’une part, et le logement social d’ autre part.

Promoteur parmi d’autres de cette infamie, le sénateur LR, président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées se félicite, croyant savoir que « l’esprit de défense chez nos concitoyens est beaucoup plus développé qu’on ne le pense ».

Stratégie du choc et de la peur, on a bien compris que le contexte de guerre actuel était propice pour faire passer cet amendement.

Infamie, car il s’agit là d’une nouvelle illustration de l’hypocrisie ambiante vis-à-vis des conflits en cours, et qui valide cette idée que la guerre profite toujours à quelqu’un, et principalement aux marchands d’armes, au capitalisme.

En tant que militants, nous avons à faire le lien entre les revendications et l’exigence de paix, dans un contexte de guerre qui conduit toujours à ce que la barbarie réponde à la barbarie, défiant les valeurs d’humanité les plus élémentaires.

Je ne peux me résoudre à accepter de quelle que façon que ce soit à ce qu’un jour un enfant puisse être tué par une arme, financée par mon argent placé sur un Livret A !

Pour la CGT, la paix n’est pas que l’absence de guerre.

C’est pourquoi, il nous revient, dans notre combat syndical au quotidien, pour les revendications, de faire le lien entre l’accès au logement, les enjeux environnementaux du travail, les besoins en termes de services publics, les salaires, l’emploi et l’exigence du maintien des missions fondamentales de l’épargne populaire, qui ne doit en aucun cas servir les intérêts de l’économie de guerre et de leurs promoteurs va-t’en guerre.

Puisque cet amendement ouvre une possibilité, faisons en sorte que cette dernière ne s’applique jamais.